Les montants réellement disponibles pour investir dans les PME se réduisent selon l'AFIC

Lors de son communiqué de presse en date du 4 février 2013, l’AFIC a présenté son étude en commençant par cette phrase choc :

“4 sociétés de capital-investissement sur 10 sont en situation critique au regard des capitaux disponibles pour réaliser de nouveaux investissements”

Le verdict est sans appel :

  • Dans 40 % des sociétés de capital investissement, moins de 19% des fonds gérés sont disponibles pour un investir dans les start-up et autres PME.
  • 40 % des équipes d’investissement françaises ne peuvent pas allouer plus de 30 % de leur fonds à l’investissement à de nouvelles entreprises.
  • 20 % des équipes dispose de 58 % de fonds disponibles pour ce même type d’investissement.

Conséquence directe du désintéressement au capital risque, la chute des montants investis est importante : 10 milliards d’euros avant 2008 pour 6,4 milliards en 2011. En effet, au delà des constats précédemment soulevés, il apparaît qu’un écart important existe entre les montants levés et les montants investis (5,7 milliards au premier semestre 2012) et qu’un effet de péremption des fonds particulièrement néfaste est vérifié (fin de vie programmée au bout de 5 ans d’investissements). L’AFIC propose alors de relancer le capital risque en orientant une partie de l’épargne publique (assurance vie, épargne retraite, livrets d’épargne) vers le capital-investissement et par conséquent, l’investissement dans de nouvelles sociétés en demande.

Pour en savoir plus, vous pouvez aller sur le site de l’AFIC

Show Buttons
Share On Linkedin
Contact us
Hide Buttons